Exploratory Analysis of Nutritional Quality and Metrics of Snack Consumption among Nepali Children during the Complementary Feeding Period

© 2016 Sarah Hoibak/VectorWorks, Courtesy of Photoshare

This paper published in the journal Nutrients in December 2019 used exploratory analysis to examine how nutritional quality of snacks consumed specifically between meals relates to overall dietary adequacy and total energy intakes for young children during the complementary feeding period. In addition, the paper explores different metrics of snack consumption to understand correlations with dietary outcomes.  Data were analyzed from one-year-old children living in Kathmandu Valley, Nepal.

Abstract

The World Health Organization recommends feeding snacks between meals to young
children. This study explored nutritional quality of snacks consumed between meals and
consumption metrics (% total energy intakes (%TEI) and amount of kcal from snacks) to understand
correlations with dietary outcomes (total energy intakes and dietary adequacy) and body-massindex-
for-age z-scores (BMIZ). Data used were 24-h dietary recalls and anthropometric
measurements among a representative sample (n = 679) of one-year-olds in Nepal. Nepali meal
patterns for young children were identified through formative research and all foods/beverages
consumed outside of meals were categorized as snacks. A nutrient profiling model was used to
categorize snacks as healthy or unhealthy, based on positive and negative nutrient content. Snacks
consumed between meals provided half of all energy consumed, and were associated with increased
energy and nutrient intakes. The positive effect of snacks between meals on dietary adequacy was
greater when these snacks were healthy, while increasing %TEI from unhealthy snacks consumed
between meals was negatively associated with dietary adequacy. Consumption of snacks between
meals was not associated with mean BMIZ among the children. These findings indicate that the
provision of and nutritional quality of snacks are important considerations to communicate to
caregivers. Discouragement of unhealthy, nutrient-poor snacks is critical for complementary
feeding dietary guidelines in contexts experiencing nutrition transition.

Authors

Alissa M. Pries, Elaine L. Ferguson, Nisha Sharma, Atul Upadhyay and Suzanne Filteau.

___________________________________________________________________________________

Titre : Analyse exploratoire de la qualité nutritionnelle et mesures de la consommation de collations chez les enfants népalais, au cours de la période d’alimentation de complément

Revue : Nutrients

Auteurs : Alissa M. Pries, Elaine L. Ferguson, Nisha Sharma, Atul Upadhyay et Suzanne Filteau

Résumé

L’Organisation Mondiale de la Santé recommande de donner des collations aux jeunes enfants entre les repas. Cette étude s’est penchée sur la qualité nutritionnelle des collations consommées entre les repas et les mesures de la consommation (taux de l’apport énergétique total et nombre de kcal en provenance des collations) pour comprendre le lien existant entre le statut nutritionnel  (apport énergétique total et adéquation du régime alimentaire) et les z-scores de l’indice de masse corporelle pour l’âge (IMC). Les données utilisées comprenaient des rappels alimentaires de 24 heures et des mesures anthropométriques obtenues auprès d’un échantillon représentatif (n = 679) d’enfants népalais âgés d’un an. Les repas types népalais pour les jeunes enfants ont été identifiés au moyen d’une recherche formative et tous les aliments/toutes les boissons consommés en-dehors des repas ont été considérés comme des collations. Un modèle de profil nutritionnel a été utilisé pour classer les collations comme étant bons ou néfastes pour la santé, en fonction de la teneur nutritionnelle. Les collations consommées entre les repas ont fourni la moitié de toutes les calories consommées et ont été associées à une hausse de l’apport énergétique et en nutriments. L’effet positif des collations consommées entre les repas en ce qui concerne l’adéquation au régime alimentaire augmentait lorsque ces collations étaient bons pour la santé, tandis qu’une hausse de l’apport énergétique total en provenance des collations malsaines consommées entre les repas était associée de façon négative à l’adéquation au régime alimentaire. La consommation de collations entre les repas n’était pas associée au z-score moyen de l’indice de masse corporelle pour l’âge (IMC) chez les enfants. Ces résultats indiquent que l’offre de collations et la qualité nutritionnelle de ces dernières sont des éléments importants dont il convient de tenir compte pour communiquer avec les gardiennes d’enfants. Il est essentiel de décourager la consommation de collations malsaines à faible teneur en nutriments lors de l’élaboration de lignes directrices pour l’alimentation de complément dans un contexte de transition nutritionnelle.

View Resource
Country
Topic
Share This