Commercially produced complementary foods in Bandung City, Indonesia, are often reported to be iron fortified but with less than recommended amounts or suboptimal forms of iron

© 2016 Sarah Hoibak/VectorWorks, Courtesy of Photoshare

This article was published in the Maternal & Child Nutrition Supplement: Marketing and Consumption of Commercial Foods Fed to Young Children in Low and Middle‐income Countries.

Abstract: Commercially produced complementary foods (CPCF) that are iron fortified can help improve iron status of young children. We conducted a review of 217 CPCF sold in 42 stores in Bandung, Indonesia, in 2017. There were 95 (44%) infant cereals, 71 (33%) snacks or finger foods (biscuits or cookies, puffs, and noodles or crackers), 35 (16%) purees, and 16 (7%) other foods for which we obtained label information. Nearly 70% of CPCF reported iron content on their labels, but only 58% of products were reported to be fortified with iron according to ingredient lists. Among iron‐fortified products, only one fifth indicated a specific type of iron used as the fortificant, but all of these were recommended by the World Health Organization for fortifying complementary foods. Infant cereal was more likely to contain added iron (81%) compared with snacks or finger food (58%) and purees (14%) and had higher iron content per median serving size (cereal = 3.8 mg, snacks or finger food = 1.3 mg, mixed meals = 2.7 mg, and purees = 0.9 mg). Infant cereal was most likely to meet the recommended daily intakes for iron (41% for infants 6–12 months of age and 66% for children 12–36 months) compared with snacks or finger food (infants = 14%, children = 22%), mixed meals (infants = 28%, children = 46%), or purees (infants = 9%, children = 15%). Regulations on fortification of complementary foods need to specify minimum levels and forms of iron and require reporting in relation to requirements by child age and serving size. Monitoring and enforcement of regulations will be essential to ensure compliance.

Authors: Michele L. Dreyfuss, Mackenzie Green, Agustino, Dian N. Hadihardjono, Doddy Izwardy & Sandra L. Huffman

___________________________________________________________________________________

Titre : Dans la ville de Bandung, en Indonésie, les aliments de complément industriels commercialisés sont souvent décrits comme étant enrichis au fer mais contiennent moins de fer que la dose recommandée ou contiennent des formes sous-optimales de fer

Revue : Maternal & Child Nutrition

Auteurs : Michele L. Dreyfuss, Mackenzie Green, Agustino, Dian N. Hadihardjono, Doddy Izwardy et  Sandra L. Huffman

Résumé

Les aliments de complément industriels commercialisés enrichis au fer peuvent permettre d’améliorer le bilan en fer des jeunes enfants. En 2017, nous avons réalisé une revue de 217 aliments de complément vendus dans 42 magasins à Bandung, en Indonésie. On retrouvait 95 (44 %) céréales pour nourrissons, 71 (33 %) collations ou aliments à grignoter (biscuits ou cookies, bouchées, nouilles ou crackers), 35 (16 %) purées et 16 (7 %) autres aliments pour lesquels nous avons obtenu des informations sur l’étiquetage. Près de 70 % des aliments de complément industriels commercialisés mentionnaient un contenu en fer sur leur emballage, mais seulement 58 % des produits indiquaient être enrichis au fer sur la liste d’ingrédients. Un cinquième des produits enrichis au fer uniquement indiquaient un type précis de fer utilisé comme supplément, tous ces produits étaient cependant recommandés par l’Organisation Mondiale de la Santé pour enrichir les aliments de complément. Les céréales pour nourrissons étaient plus susceptibles de contenir un complément en fer (81 %) par rapport aux collations ou produits à grignoter (58 %) et purées (14 %) et contenaient une teneur plus forte en fer par portion moyenne (céréales = 3,8 mg, collations ou produits à grignoter = 1,3 mg, repas mixtes = 2,7 mg et purées = 0,9 mg). Les céréales pour nourrissons étaient l’aliment le plus susceptible de satisfaire aux apports quotidiens en fer recommandés (41 % pour les nourrissons de 6 à 12 mois et 66 % pour les enfants de 12 à 36 mois) lorsque comparés aux collations ou produits à grignoter (nourrissons = 14 %, enfants = 22 %), repas mixtes (nourrissons = 28 %, enfants = 46 %) ou purées (nourrissons = 9 %, enfants = 15 %). La réglementation sur l’enrichissement des aliments de complément doit indiquer des teneurs minimales,  les formes de fer et exiger que soient divulguées les informations relatives aux besoins selon l’âge de l’enfant et la portion. La mise en œuvre et le suivi des règlementations seront essentielles pour assurer la conformité.

Principaux messages

  • Près de 70 % des 217 aliments de complément industriels commercialisés vendus à  Bandung, en Indonésie, contenaient du fer et 58 % étaient enrichis au fer. De nombreux produits contenaient une faible teneur en fer ou une teneur inférieure aux doses recommandées.
  • Seulement un cinquième des produits enrichis mentionnaient le type de fer utilisé et parmi ces derniers, tous utilisaient un composé recommandé par l’OMS pour l’enrichissement des aliments de complément.
  • Les céréales pour nourrissons étaient l’aliment le plus susceptible d’être enrichi et de présenter une plus forte teneur en fer, par rapport aux collations ou aliments à grignoter et purées.
  • Les étiquettes des aliments de complément devraient indiquer la teneur en nutriments selon des tranches d’âge spécifiques car les exigences varient en fonction de l’âge.
  • Les règlementations sur la fortification des aliments de complément devraient comprendre les formes recommandées de fer et indiquer une teneur minimale d’enrichissement au fer par portion.
View Resource
Share This