Commercial Snack Food and Beverage Consumption Prevalence among Children 6–59 Months in West Africa

© 2016 Sarah Hoibak/VectorWorks, Courtesy of Photoshare

Consumption of commercial snack food and beverage products among infants, young, and school-aged children may have negative effects on child nutritional outcomes, as these foods are typically dense in energy but not in micronutrients. However, there is limited information available about the consumption of such snacks in low-income settings, particularly in Africa. We contribute to filling this gap using data from 11,537 children aged 6–59.9 months from four West African countries (i.e., Burkina Faso, Cote d’Ivoire, Mali, and Niger). We estimated the prevalence of commercial snack food and drink consumption and explored variations within the sample by age group, urban or rural residence, household wealth status, and caregiver educational attainment. The results show that 25.7% of children in Niger, 31.5% in Burkina Faso, 42.9% in Mali, and 45.4% in Cote d’Ivoire ate at least one commercial snack food or beverage in the prior 24 h. Consumption prevalence was significantly higher in urban areas than rural areas, among older children (ages 2–5 y) than those in the complementary feeding period (6–23.9 months), and among children in wealthier households. These relationships were confirmed via logistic regression. Our results confirm the widespread consumption of commercial snack foods and drinks by young children in West Africa, a finding with relevance for nutrition policy and programming.

Authors

Stella Nordhagen, Alissa M. Pries, and Romance Dissieka

___________________________________________________________________________________

Titre : Prévalence de la consommation de aliments et boissons malsains fabriqués industriellement chez les enfants âgés de 6 à 59 mois en Afrique de l’Ouest

Revue : Nutrients

Auteurs : Stella Nordhagen, Alissa M. Pries et Romance Dissieka

Résumé

La consommation d’aliments et boissons malsains de fabrication industrielle chez les nourrissons, jeunes enfants et enfants d’âge scolaire peut avoir des effets négatifs sur le statut nutritionnel de ces derniers, ces aliments étant généralement hautement caloriques mais à faible teneur en micronutriments. Il n’existe toutefois que peu d’informations sur la consommation de tels produits dans les milieux à faible revenu, en particulier en Afrique. Nous contribuons à combler cette lacune en utilisant des données en provenance de 11 537 enfants âgés de 6 à 59,9 mois dans quatre pays de l’Afrique de l’Ouest (à savoir, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali et le Niger). Nous avons estimé la prévalence de la consommation des aliments et boissons malsains de fabrication industrielle et nous nous sommes penchés sur les variations au sein de l’échantillon selon la tranche d’âge, la résidence en milieu urbain ou rural, le statut économique du ménage et le niveau d’éducation de la gardienne d’enfant. Les résultats montrent que 25,7 % des enfants au Niger, 31,5 % au Burkina Faso, 42,9 % au Mali et 45,4 % en Côte d’Ivoire avaient consommé au moins un aliment ou boisson malsain au cours des 24 heures précédentes. La prévalence de la consommation était nettement plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural, chez les enfants plus âgés (2 à 5 ans) que chez les enfants bénéficiant d’une alimentation de complément (6 à 23,9 mois), et chez les enfants issus de familles plus aisées. Ces relations ont été validées au moyen d’une régression logistique. Nos résultats indiquent une consommation d’aliments et de boissons malsains par un grand nombre de jeunes enfants en Afrique de l’Ouest, un résultat pertinent pour les politiques et les programmes nutritionnels.

View Resource
Share This